Catégorie : tendances

différents bangs 0

Guide complet sur les différents types de bang

Dans ce guide des différents types de bongs, nous allons passer en revue les différents types de bongs qui sont populaires aujourd’hui. Il existe une multitude de types de bongs, de styles, de matériaux et de conceptions différents, des petits bongs en verre et des grands bongs en verre à bec, aux bongs en acrylique et en métal.

Qu’est-ce qui définit un “bong” ?

Comme la plupart d’entre vous le savent peut-être, un bang est un dispositif de fumage filtré à l’eau pour fumer des herbes sèches ou des concentrés. Également connu sous le nom de pipe à eau, le mot bong est à l’origine dérivé du mot thaïlandais “bang” qui est un long cylindre ou tube, généralement fabriqué en bambou, et également utilisé pour fumer des herbes.

Pourquoi fumer en utilisant un bong ?

Alors pourquoi utiliser un bang pour fumer des herbes ? Lorsque l’on fume des herbes, une flamme est utilisée pour brûler les herbes dans le bol, et la fumée est aspirée dans les poumons. Avec une pipe sèche normale, la fumée est chaude et contient presque tous les carbones et les résines végétales, ce qui pourrait potentiellement irriter les poumons ou la gorge du fumeur en cas d’usage répété.

Le bang offre une filtration de l’eau supplémentaire au mélange. L’aval du bang passe sous l’eau et, au fur et à mesure que l’herbe est brûlée, la fumée passe à travers l’eau, ce qui non seulement refroidit la fumée mais aussi filtre certaines des résines les plus collantes et des carbones les plus lourds, qui resteront dans l’eau pour être nettoyés plus tard.  Ce processus se traduit par une expérience de fumage plus douce et plus fraîche pour le fumeur de bang.

Le meilleur type de matériaux pour bongs

Les bongs peuvent être fabriqués à partir d’une variété de matériaux différents, dont les plus courants sont le verre, le métal, la céramique, la silicone et l’acrylique. Les bongs en verre sont généralement les plus populaires, et pour une bonne raison !

Bongs en métal

Les bongs en métal sont normalement utilisés pour une piqûre plus rapide, comme le populaire bong thermos, qui ressemble à un thermos jusqu’à ce qu’il soit déballé et qu’un bol soit inséré sur le côté. Ils comportent généralement un bol en métal assorti, ce qui n’est pas la meilleure option pour un usage répété. De plus, en raison de la nature poreuse du métal brossé, il sera difficile de le nettoyer complètement après une utilisation intensive.

Bongs en céramique

Les bongs en céramique sont les bongs d’art originaux, avant que la scène du verre ne décolle, les gens fabriquaient des formes en céramique, comme des crânes, des sorciers ou des formes artistiques folles, à partir d’argile céramique, qui est ensuite cuite et émaillée. Ils offrent une meilleure expérience de fumeur que les bongs en métal, mais ne dureront pas aussi longtemps qu’un bon bong en verre.  Les bongs en céramique comportent généralement un bol en métal, ce qui n’est pas le meilleur pour la saveur ou la santé.

Bongs en silicone

Les bongs en silicone sont fabriqués en caoutchouc de polysiloxane, qui résiste à la température et est difficile à casser, mais qui est généralement fabriqué en Chine et peut contenir des matériaux dangereux pour fumer de façon répétée. Avec le temps et les nettoyages répétés, le matériau peut aussi devenir plus poreux et commencer à retenir les résines, le carbone et potentiellement les moisissures, ce qui rend très difficile un nettoyage complet.

Bongs en acrylique

L’acrylique est le pire type de bong, étant fait de plastique acrylique, il n’est pas très bon pour la saveur, ne peut pas être nettoyé complètement, n’est pas très résistant à la chaleur, et n’est pas sain pour fumer.  Le seul avantage réel est son faible coût.  Nous vous conseillons d’éviter ces bongs.  Même un coquillage de la plage vous donnera une meilleure expérience de fumer.

Bongs en verre

Ceci nous amène au meilleur type de bong, le bong en verre.  Les bongs en verre sont généralement fabriqués à partir de l’un des deux types de verre suivants : le verre borosilicate ou verre dur, et le verre mou ou verre sodocalcique.

Bongs en verre borosilicate

Le verre borosilicate utilise de l’acide borique dans sa production, ce qui lui confère une solidité et une résistance aux acides accrues. Il possède un coefficient de dilatation thermique de 33, ce qui le rend plus adapté aux applications de chauffage et de refroidissement répétées. Ce sont quelques-uns des meilleurs bongs en verre que vous pouvez acheter.

Bongs en verre souple

Le verre mou ou verre sodocalcique, quant à lui, utilise de la soude et de la chaux dans sa production, ce qui abaisse le point de fusion du verre et le rend plus facile à manipuler lorsqu’il est chaud. Ce verre mou a un coefficient d’expansion thermique de 90, 96 ou 104, et il ne supporte pas aussi bien les chocs thermiques que le borosilicate. Pour cette raison, les bongs en verre mou ont tendance à être des bongs en verre épais avec un peu de poids. Les deux types de verre sont excellents, avec le borosilicate ayant un peu d’un avantage en raison de sa force. read more

vaporisateurs de cannabis

Les meilleurs vaporisateurs d’herbe pour une meilleure défonce

Avec l’augmentation du nombre d’États légalisant le cannabis aux US et du nombre de personnes consommant du CBD ou du cannabis médical en Europe – il n’a jamais été aussi facile d’accéder aux propriétés curatives du cannabis. Cependant, taper un bang ou fumer une pipe peut susciter des réactions désagréables, que ce soit de la part des propriétaires qui pourraient sentir les odeurs ou des colocataires qui ne supportent pas l’odeur persistante (quelle que soit la quantité de désodorisant que vous utilisez).

Un vapo cannabis offre un excellent niveau de discrétion et une très bonne qualité de vapeur. Mieux encore, vaporiser de l’herbe peut vous faire planer en utilisant moins de produit. Nous avons testé un assortiment de vaporisateurs d’herbe – certains sont compatibles avec la fleur, d’autres avec les concentrés, d’autres encore avec les deux – pour identifier ceux qui devraient être sur votre radar en 2022.

Les meilleurs vaporisateurs pour herbes sèches de 2022

Storz et Bickel Mighty Plus

Vous voulez l’expérience Storz & Bickel dans la paume de votre main ? Ne cherchez pas plus loin que le Mighty. Le Mighty en version Plus, alimenté par batterie, utilise une combinaison de chauffage par convection à air chaud complet et de conduction supplémentaire, ce qui garantit une vaporisation efficace dès le premier tirage. Comme le Volcano Hybrid, il dispose d’un écran LED pour un contrôle précis de la température. Il compte 500 avis et est classé à cinq étoiles pour une très bonne raison.

Son petit frère, le Crafty est aussi une excellente option en passant !

Magic Flight Launch Box

Le Launch Box, tout comme les disques vinyles et les cassettes, donne une impression de lenteur et d’analogie dans un monde rempli de technologies numériques sophistiquées. Et, comme son nom l’indique, elle vous enverra sur la planète Mars. Mais il y a tellement plus à aimer que cela. Il est fabriqué par des artisans locaux à San Diego, en Californie, et provient de matériaux naturels et renouvelables.

La citation figurant au dos de la Launch Box, ainsi que la mission de l’entreprise, sont absolument inspirantes – la première m’a presque fait pleurer en ouvrant la boîte. C’est un objet de conversation, il offre une expérience complètement différente des autres vaporisateurs du marché et il peut vous faire planer. Que voulez-vous de plus d’un objet dans votre maison ?

Storz & Bickel Volcano Hybrid

Bien que le Volcano ressemble à un dome vraiment volumineux, il est considéré comme la Rolls Royce de la vaporisation de cannabis. Cet appareil est reconnu comme dispositif médical dans de nombreux pays dont Israel !

En testant le Volcano Hybrid, je n’ai écrit dans mes notes que la phrase suivante “Je suis tellement défoncé”.

L’Hybrid diffère du Volcano Classic par l’inclusion d’un écran numérique avec des réglages de température personnalisés, l’ajout d’un tube en forme de narguilé pour une consommation plus occasionnelle, lorsque vous ne voulez pas utiliser l’un des fameux sacs et des capacités d’application pour les utilisateurs d’Android. Avoir un Volcano est un must pour tous les stoners, si votre budget vous le permet !

Vaporisateur Arizer Solo 2

“Vaporisez comme vous l’aimez sans avoir besoin d’applications ou de gadgets “, peut-on lire sur la fiche produit du Solo II. L’utilisation du Solo II est à l’image de cette phrase : le Solo II est résistant, sans artifices et délivre une vapeur propre et douce grâce à son système de chauffage hybride.

Personnellement, je n’utiliserais pas le Solo II en dehors de ma maison à cause du tube en verre, mais c’est tout à fait possible si vous êtes du genre soigneux. Assurez-vous d’utiliser les filtres en acier inoxydable inclus, ou vous respirerez accidentellement de petites particules de cannabis, comme je l’ai fait.

Pax 3

Le Pax 3 peut tout faire. Son design à un seul bouton le rend facile à utiliser pour les débutants, et les capacités de température personnalisée avec l’application Android (désolé, les fans d’iPhone) permettent aux amateurs de weed de chauffer une variété à une température exacte pour cibler certains terpènes. Je recommanderais d’acheter le kit complet, qui comprend la chambre à concentré et d’autres accessoires utiles – j’aime utiliser le couvercle du demi-pack lorsque je ne veux pas consommer un bol entier.

Bien que je n’aime pas le fait que l’accessoire pour concentré dépasse de la partie inférieure de l’appareil, les dabs sont plus efficaces que ceux des autres vaporisateurs avec des capacités de concentré que j’ai testés. Vous obtenez essentiellement deux appareils en un avec le kit complet. Et sa garantie de 10 ans – l’une des meilleures du marché – vous permet d’avoir l’esprit tranquille.

vaporiser de l'herbe

Est-ce que vaporiser de l’herbe est plus sain que de la fumer ?

Probablement oui.

Selon Mitch Earleywine, professeur de psychologie à l’Université d’Albany, et auteur de “Understanding Marijuana”, les données de son laboratoire montrent que le passage au vapotage diminue l’irritation respiratoire et augmente le volume des poumons chez les gros consommateurs. Et, par rapport à l’utilisation de stylos à huile qui fonctionnent avec une batterie à fil 510 et une cartouche, il y a des avantages prouvés pour la santé à ingérer du cannabis via des vaporisateurs à base de plantes et de concentré. read more

depistage cannabis

Le marché américain des tests de dépistage du cannabis dépassera 1,2 milliard de dollars en 2026

Une nouvelle analyse de Global Market Insights, Inc. montre que le marché américain des tests de cannabis représentera 1,2 milliard de dollars d’ici 2026.

Le rapport de Global Market Insights montre que la demande croissante de cannabis médical pour le traitement de diverses affections a conduit à la croissance du marché américain des tests de cannabis.

Cette hausse de la demande a en outre entraîné la mise en œuvre de politiques gouvernementales strictes pour les tests de cannabis à utiliser dans les produits de cannabis médical, propulsant ainsi les perspectives du secteur.

Le nombre croissant d’applications du cannabis médical dans l’industrie du cannabis médical pour traiter des maladies telles que la douleur chronique et l’épilepsie devrait entraîner une période de croissance stimulante pour le marché des tests de cannabis médical au cours de la période prévue.

En outre, divers instituts de recherche se concentrent activement sur l’exploration de nouvelles applications du cannabis. À cette fin, l’augmentation des investissements dans les activités de R&D devrait favoriser la croissance du marché des tests de cannabis dans les années à venir.

La découverte croissante des avantages médicinaux offerts par le cannabis a stimulé la demande de légalisation, et plusieurs États américains ont par la suite légalisé l’utilisation du produit pour le traitement de conditions médicales spécifiques. On s’attend à ce que la légalisation augmente le besoin de laboratoires pour tester la sécurité et la puissance, ce qui stimule la croissance du secteur.

En outre, la prise de conscience des bienfaits médicaux du cannabis est susceptible d’augmenter le nombre d’utilisateurs, établissant le besoin de normes de sécurité pour le produit. Les facteurs ci-dessus contribueront à l’expansion du marché américain des tests de cannabis au cours de la période prévue.

Vous trouverez ci-dessous 4 tendances clés susceptibles d’influencer l’expansion du marché américain des tests de cannabis au cours des prochaines années.

Avancées technologiques sur le marché américain des tests de dépistage du cannabis

Le marché américain des tests de dépistage du cannabis, basé sur la technologie, est divisé en deux segments : spectroscopie et chromatographie. Le segment de la chromatographie se subdivise en chromatographie gazeuse, liquide et autres.

Parmi ceux-ci, le segment de la chromatographie devrait dominer les perspectives du marché tout au long de la période prévue. Le segment détenait une part de marché de près de 63% en 2019 et devrait enregistrer un taux de croissance substantiel. La croissance peut également être attribuée à divers avantages des tests de chromatographie comme des résultats précis et rapides.

Pendant ce temps, les fabricants introduisent des techniques innovantes liées à la chromatographie, en particulier pour le marché des tests de cannabis. Plusieurs avancées technologiques de ce type sont susceptibles d’accroître l’adoption de la chromatographie pour les tests de cannabis, influençant ainsi positivement la croissance du segment dans les années à venir.

Demande croissante de tests de puissance sur le marché

En fonction du type de test, le marché des tests de cannabis aux États-Unis se divise en plusieurs catégories : dépistage des pesticides, des terpènes, des solvants résiduels, des mycotoxines, de l’activité, des métaux lourds et autres. Les tests de puissance comprennent l’analyse du produit pour déterminer la concentration de composés tels que le CBD (cannabidiol) et le THC (tétrahydrocannabinol), dont les bienfaits médicaux sont avérés.

En outre, les tests sont généralement effectués pour étiqueter les produits avec précision en vue d’obtenir une certification, pour optimiser la puissance des cultures et pour le dosage. Le segment a enregistré une part de marché importante en 2019 et devrait afficher un TCAC de 10,7 % au cours de la période projetée.

Par la suite, la forte croissance pourrait être attribuée au nombre croissant de cultivateurs de cannabis médical. Avec la concurrence croissante sur le marché, il est nécessaire pour les acteurs de l’industrie de posséder un avantage sur la concurrence avec des produits progressivement puissants. Les facteurs ci-dessus augmenteront la croissance du segment et développeront le marché.

Rôle des prestataires de services dans les tests de cannabis

Les prestataires de services dans le secteur des tests de cannabis sont divisés en instituts de recherche, fabricants, laboratoires et autres. Le segment des laboratoires a représenté 492,5 millions de dollars en 2019 et devrait afficher une croissance formidable au cours de la période projetée.

En outre, les règles strictes des autorités pour préserver la qualité des produits et la sécurité des consommateurs augmenteront encore la croissance du marché des laboratoires de test du cannabis.

Légalisation du cannabis

La région des États des montagnes a été évaluée à plus de 167,4 millions de dollars en 2019 et prévoira une croissance importante. Cela pourrait être attribué à la présence d’États comme le Colorado, le Nevada et le Nouveau-Mexique, où l’utilisation du cannabis comme médicament thérapeutique a été approuvée. read more

mythes sur le CBD

4 mythes sur le CBD qui ont la peau dure

Alors que de nombreux États légalisent le cannabis et que des magasins de cannabis apparaissent dans tout le pays du monde, le cannabis n’a jamais été aussi populaire. Mais les informations erronées entourent la science du cannabis comme des volutes de fumée.

Le cannabidiol, ou CBD, est l’un des composés les plus connus du cannabis – il est notamment connu pour ne pas être intoxicant, contrairement au THC, qui provoque un “high”. Lorsque le Farm Bill de 2016 a rendu le chanvre légal dans tout le pays, le CBD (qui peut être dérivé du chanvre) est rapidement devenu le cannabinoïde le plus disponible dans les stations-service comme dans les magasins de bien-être.

En réalité, nous ne savons pas grand-chose sur le CBD. La recherche avance lentement. Compte tenu des restrictions légales imposées à l’étude du cannabis au cours des dernières décennies, la science n’a pas encore rattrapé son retard, ce qui laisse le champ libre à de fausses allégations.

Qu’il s’agisse de la légalité obscure ou des affirmations douteuses sur le CBD, il est facile de se perdre dans les méandres de la recherche. Voici ce que vous devez savoir sur certains mythes courants :

L’utilisation du cannabis ne vous empêchera probablement pas de contracter le COVID-19, malgré le battage médiatique d’une étude récente.

Deux études récentes ont suscité l’intérêt pour le cannabis lorsqu’il a semblé que des composés de la plante pouvaient prévenir l’infection par le COVID-19.

Cependant, il n’y a pas de recherche sur la façon dont cela pourrait fonctionner chez l’homme. Les deux études ont modélisé les infections par le COVID en laboratoire : l’une a montré que certaines molécules de cannabis se liaient à la protéine de pointe du virus, l’empêchant de pénétrer dans les cellules humaines dans une culture de laboratoire ; l’autre a modélisé l’infection dans des cellules pulmonaires humaines ainsi que chez des souris vivantes.

Même si le CBD semble empêcher le virus de se répliquer, prévenant ainsi l’apparition d’un COVID-19 grave chez la souris, cela ne signifie pas qu’elle aura le même effet chez l’homme.

“Pour ce que nous en savons, il faudrait manger 15 kg de CBD pour que cela fonctionne – nous n’avons aucune idée de l’efficacité de cette substance en tant que médicament”, a précédemment déclaré à Insider Peter Grinspoon, médecin et spécialiste du cannabis qui n’a pas participé aux deux études.

Le CBD ne permet pas de curer tous les maux

L’industrie du CBD est déjà en proie à la désinformation, et les récentes découvertes liées au COVID-19 n’aident pas.

Les affirmations sur les bienfaits du CBD dépassent largement le nombre d’études, en partie parce que le gouvernement américain a déposé un brevet sur les cannabinoïdes non psychoactifs, a déclaré Heather Mainus, fondatrice du Cannabis Nurses Network, à Insider. Cela signifie que les agences fédérales reconnaissent le potentiel thérapeutique des cannabinoïdes, mais que personne d’autre ne peut étudier leurs éventuels effets anti-inflammatoires, antioxydants ou neuroprotecteurs.

Le seul traitement à base de CBD qui est actuellement approuvé par la Food and Drug Administration américaine est l’Epidiolex, une solution orale pour les crises d’épilepsie rares. Il existe également des preuves préliminaires montrant que le CBD peut aider à lutter contre l’anxiété et les envies de dépendance, mais la plupart des études réalisées à ce jour ont porté sur des animaux ou de petits échantillons d’humains.

Associé à son homologue psychoactif, le THC, le CBD peut également soulager la douleur chronique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques ou de cancer en phase terminale, mais là encore, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les doses correctes et établir des pratiques sûres.

La prise d’un isolat de CBD ne convient pas à tout le monde

Certains adeptes du cannabisme peuvent opter pour ce que l’on appelle un isolat de CBD – du CBD pur, raffiné en laboratoire jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune trace de THC.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles une personne peut vouloir éviter le THC, de la peur de planer au risque d’échouer à un test de dépistage de drogues. Il est vrai que même un produit à base de CBD contenant 0,3 % de THC pourrait être détecté lors d’un test de dépistage de drogues, mais il est peu probable qu’il ait un effet psychoactif.

Cependant, le CBD fonctionne mieux lorsqu’il est associé au THC ou à d’autres composés de la plante de cannabis. Il existe plus de 120 cannabinoïdes différents et plusieurs terpènes moins connus qui peuvent être extraits de la plante de cannabis, soit sous forme de teintures isolées, soit sous forme de cocktail de cannabinoïdes. Un examen des études menées en 2020 a révélé que ces éléments fonctionnent mieux lorsqu’ils sont combinés, ce que l’on appelle souvent l’effet d’entourage. read more

coffee shops en hollande

Les coffee shops néerlandais voient leur activité augmenter pendant la pandémie de COVID-19

Les clients affluent dans les cafés de La Haye, où le commerce du cannabis est en plein essor malgré les restrictions liées au coronavirus.

Que ce soit pour calmer leur anxiété ou atténuer l’ennui de ces deux dernières années, de nombreux acheteurs affirment que leur consommation a augmenté pendant la pandémie.

Lorsque les Pays-Bas se sont verrouillés pour la première fois en mars 2020, on a assisté à des scènes de “panique de l’herbe” avec de longues files d’attente devant les coffee shops, le terme néerlandais pour les cafés de cannabis.

Mais alors que l’accès aux bars, restaurants et boîtes de nuit a été fortement limité, les coffee shops ont pu rester ouverts, principalement pour des plats à emporter.

Depuis 1976, les Pays-Bas tolèrent que l’on puisse fumer du cannabis et du haschisch, de l’herbe et d’autres produits que l’on peut acheter dans les coffeeshops.

La Haye, siège du gouvernement néerlandais, en compte une trentaine.

Une enquête menée par Trimbos, un institut de recherche sur la santé mentale et les dépendances, a révélé que 90 % des consommateurs néerlandais de cannabis fumaient autant ou plus depuis le début de la pandémie. Les trois quarts fumaient tous les jours.

“Il ne s’agit donc pas de personnes qui veulent se défoncer, s’évader. C’est plutôt un moyen de faire face à l’anxiété quotidienne”, a déclaré Stephen Snelders, un historien de la consommation de drogues.

Des changements similaires dans la consommation de tabac et d’opium ont été observés lors d’épidémies de peste historiques aux Pays-Bas, a-t-il ajouté.

Pendant le stress d’une pandémie, “un petit congé cérébral est toujours agréable”, convient Gerard Smit, qui dirige le Cremers coffeeshop à La Haye. “Il n’y a rien de mal à en prendre un (un joint) pendant que vous regardez Netflix”.

Cependant, les restrictions liées au coronavirus ont vidé bon nombre des célèbres fumoirs des coffee shops, remplis de fumée. “On s’aime bien, mais on ne se donne plus de joints”, dit Smit.

Les ventes à emporter sont pourtant en plein essor.

“Pour la plupart des coffee shops, cette pandémie est plutôt bénéfique, oui. Les gens restent plus à la maison, ils fument plus, ils profitent plus parce qu’il n’y a rien à faire. Donc oui, les coffee shops ont très bien marché”, a-t-il ajouté.

“Le COVID a été bénéfique pour nous”, sourit Carmelita, propriétaire du No Limit Coffeeshop à La Haye.

“La seule profession qui est satisfaite du COVID, ce sont les coffeeshops”, poursuit-elle.

Le No Limit Coffeeshop a également vu le nombre de ses clients augmenter pendant la pandémie, passant de 300 à 350 clients par jour à 500.